RWANDA

enfants en âge d’aller à l’école primaire (7-14 ans) ne vont pas à l’école.

%

du quintile des enfants les plus pauvres ne vont pas à l’école, le plus haut pourcentage du Rwanda.

%

des 15-24 ans n’ont pas achevé un premier cycle d’éducation au Rwanda (EPDC, 2014)

Les conséquences du génocide des Tutsi en 1994 se ressentent toujours au Rwanda. Plus d’un million de Rwandais furent tués pendant la centaine de jours qu’a duré le génocide, faisant du Rwanda un des pays les plus pauvres du monde. Ses structures sociales, politiques et économiques ont été détruites. Bien que d’immenses efforts aient été faits pour que la nation se relève, il reste encore des enfants dans un grand besoin.

Plus d’un million d’enfants vivent dans une extrême pauvreté au Rwanda (UNICEF 2018). Ces enfants sont illettrés, manquent de vêtements et peinent à manger ne serait-ce qu’une fois par jour. MindLeaps a commencé à travailler avec les jeunes vulnérables du Rwanda en 2010, et a ouvert son propre centre permanent à Nyamirambo, Kigali en 2014. Depuis l’ouverture, le centre, endroit sûr et solidaire, a aidé plus de 1 500 jeunes n’allant pas à l’école et vulnérables.

L’histoire d’Ally

Ally est un enfant adorable. Il est calme et attentif, travaille dur et a une grande soif d’apprendre. Mais dans la plus grande partie de sa vie, il n’a pas eu l’occasion d’apprendre.

La mère d’Ally est décédée et son père a disparu lorsqu’Ally était très jeune. À cause d’une pauvreté extrême, il a arrêté d’aller à l’école peu après l’école primaire. Il n’a même pas terminé le premier trimestre, ce qui signifie qu’il ne savait même pas écrire son nom. Ally passait ses journées à chercher du charbon à vendre pour pouvoir acheter de la nourriture. La nuit, il dormait dans un égout.

Les professeurs de MindLeaps ont rencontré Ally pour la première fois en 2013 et l’ont invité à rejoindre le programme de danse. Les professeurs l’ont encouragé et ont soutenu son dur travail dans les cours de danse, et avec le temps, Ally a commencé à changer. Son état d’esprit s’est amélioré et il était motivé pour travailler dur dans tous les cours. Il a vu que les pas de danse qu’il ne parvenait pas à réaliser au début étaient maintenant faciles pour lui. Il a compris plus de mots en anglais et s’est découvert une passion pour les cours d’informatique. Il a vu que tous ses efforts étaient appréciés et qu’ils le rendaient meilleur danseur et meilleur étudiant. Il était prêt et avait envie d’aller à l’école. Tout ce dont il avait besoin, c’était d’un sponsor pour une bourse d’internat.

En 2015, Ally a obtenu cette bourse de Misty Copeland, la première « première danseuse » africaine-américaine du American Ballet Theatre. Ally a été sélectionné parce qu’il était un des meilleurs étudiants de MindLeaps dans toutes les matières, et les données sur le développement de ses compétences cognitives et comportementales ont montré qu’il avait un niveau où il pouvait réussir dans un environnement scolaire officiel.

Ally était impatient de visiter l’école OrpCare avec Misty Copeland, et décidé à recommencer son éducation. Il a commencé sa scolarité en 2016 et a obtenu le score incroyable de 85 % au premier trimestre, faisant de lui le premier étudiant de la classe.

GIRLS LEAD
PROGRAM

LE CENTRE JIM BELL

COURS DE SANTÉ SEXUELLE ET SUR LA REPRODUCTION

PROGRAMME DE SPONSOR POUR L’ÉCOLE

NUTRITION ET SANTÉ

PROGRAMME DE RENFORCEMENT FAMILIAL

 

Programme MindLeaps-HCR

Le programme de MindLeaps avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a été lancé en 2018 avec 60 jeunes leaders des six camps de réfugiés au Rwanda. Des leaders de jeunes réfugiés ont passé un mois à se former avec des formateurs MindLeaps sur la danse et les compétences Tracker. Sur les soixante jeunes, trente-huit leaders réfugiés ont été embauchés pour diriger le programme MindLeaps dans leurs camps d’origine. Grâce au programme du HCR, jusqu’en 2019, MindLeaps a servi 450 enfants et jeunes dans les camps de réfugiés. En 2020, les cours de danse en personne ont été fermés dans tous les camps en raison de Covid-19. Cependant, les entraîneurs de tous les camps ont continué à participer et à développer leurs compétences via l’Académie virtuelle. En 2021, ces jeunes ont commencé à enseigner l’Académie virtuelle à 100 étudiants dans les camps. Fin 2021, les cours de danse ont pu reprendre dans tous les camps. En 2022, MindLeaps a pu rouvrir des classes dans trois camps (où nous avons eu le plus d’impact), Mahama, Mugombwa et Kiziba, et dessert maintenant 120 enfants dans les camps.

Mahama Refugee Camp

Camp Population: 62,259

Number of MindLeaps Trainers: 10

Number of Kids Served: 125

Kiziba Refugee Camp

Camp Population: 16,908

Number of MindLeaps trainers: 5

Number of kids served: 75

Gihembe Refugee Camp

Camp Population: 12,249

Number of MindLeaps Trainers: 3

Number of Kids Served: 50

Kigeme Refugee Camp

Camp Population: 21,130

Number of MindLeaps Trainers: 8

Number of Kids Served: 101

Nyabiheke Refugee Camp

Camp Population: 14,325

Number of MindLeaps Trainers: 3

Number of Kids Served: 50

Mugombwa Refugee Camp

Camp Population: 10,638

Number of MindLeaps Trainers: 5

Number of Kids Served: 77

 

MindLeaps à Nyabihu

À Nyabihu, dans l’ouest du Rwanda, MindLeaps a lancé un programme pilote avec les partenaires locaux Chance for Childhood et Empowering Children with Disabilities. Le programme vise à améliorer la vie des enfants et des jeunes handicapés, qui peuvent faire face à la stigmatisation et à la discrimination en raison de leur handicap. MindLeaps a adapté son programme aux besoins des enfants sourds et, en 2021, a lancé son premier programme de formation des formateurs pour apprendre aux jeunes sourds et malentendants à devenir professeurs de danse pour les sourds. Les bénéficiaires du programme MindLeaps sont des enfants de l’école pour enfants sourds de Nyabihu. En 2022, douze formateurs enseignent à 126 enfants et jeunes sourds de la communauté.